Powered by Cabanova
Gabriel COMPAORE
GABY BIO
Gabriel COMPAORE dit " GABY " est né le 22 mars 1976 à Bobo Dioulasso dans le sud-ouest du Burkina Faso. Fils de Camille COMPAORE et de WENBENGA Marie Fidèle, il est l'aîné d'une famille de 3 enfants dont deux petites soeurs, Suzanne et Félicité. Quarante cinq jours après sa naissance ses deux parents partent de la ville de Sya pour Ziniaré leur fief après de durs labeurs passés sur les terres fertiles de la vallée du Kou. En 1977, alors qu'il n'avait qu'un an et demi, Gabriel a été frappé d'une maladie paralysante dite poliomyélite. A la suite de cette maladie il doit désormais vivre avec un handicap à sa jambe gauche qui lui manquera beaucoup. "J'aurais voulu être une personne physique pour être un grand sportif, un footballeur professionnel...un marqueur de buts et de buts, mais hélas..." Gabriel alors paralysé de façon irréversible est appelé à vivre dans une société où les personnes handicapées sont régulièrement marginalisées et mal intégrées. En 1983 sa mère lui évite de justesse l'analphabétisme et l'inscrit à l'école primaire publique de Guilongou où il a été accepté avec peine par les agents recruteurs du temps, vu sa mobilité réduite pour venir en classe. Sa maman les persuade d'accepter son fils car elle serait prête à l'amener même à dos à l'école par manque de bicyclette. Gabriel fait un parcours sans faute du cours préparatoire au cours moyen. Il réussit à son premier examen de certificat en 1989 et part en classe de sixième au lycée BASSY de Ziniaré. Elève très soucieux de son avenir, il se montre très studieux à l'école. Il obtient brillamment son examen de B.E.P.C en 1993 et poursuit sa carrière lycéenne jusqu'en classe de 1ère D c'est à dire à un an du baccalauréat. En 1995, Gabriel décide de rompre avec l'école pour faire un apprentissage en cordonnerie-maroquinerie. Après deux ans de formation dans un projet réalisé au profit des personnes handicapées par l'ONG humanitaire Morija, il se voit confié la direction d'un nouvel atelier de confection de chaussures dans une ville où la population est estimée à 9000 habitants en 1997. Le pouvoir d'achat des habitants étant faible, les priorités seront plutôt axées sur l'auto-suffisance alimentaire qu'autre chose. Cette petite unité de cordonnerie connaîtra alors une sérieuse concurrence vis-à-vis des articles de seconde main, qui sont abordables. La mévente et la faillite s'installent et obligent la fermeture de l'atelier en 1998. Les deux autres handicapés ayant bénéficié de la même formation que Gabriel décident d'aller en capitale pour gagner leur vie. Lui, par sa foi en l'esprit associatif, son amour pour sa cité, il se transforme en cireur pour mieux rester sur place. En plus il se sera disponible pour son association où il milite. En temps que secrétaire général de cette association dite NABONSWENDE, il participe en 2001 à Ouagadougou à un stage de "montage et de gestion de projets" organisé par IGESA-AFRIQUE. Les organisateurs de ce stage veulent offrir des bagages aux personnes handicapées moteur pour entreprendre des initiatves constructives. Durant ce stage,les formateurs employaient l'ordinateur pour donner les cours. Gabriel a compris toute l'importance de cet outil informatique et décide de faire une formation en la matière. Il recherche et découvre un unique endroit qui offre des cours d'informatique. Ne disposant d'aucun moyen, il opte courageusement de vendre son tricycle pour payer sa formation et marcher désormais avec ses cannes. Quelle décision! La formation qui a duré 4 mois a été très difficile mais à la fois très utile. "Sans cette brève formation je ne serais pas à mesure d'organiser et de rédiger mes idées en projets... Elle a grandement changé ma vie à un moment où les gens me reprochaient de me former en informatique pour rien" Dès lors, il est de plus en plus motivé dans l'élaboration de projets de promotion et de développement pour les personnes handicapées moteur. De 2003 à 2004, il se forma à Ouagadougou au travail du batik et de la teinture. Avec son petit bagage informatique, il est sollicité comme secrétaire permanent dans une ONG suisse nommée Handicap Solidaire. Très préocupé par la quête d'un mieux être à l'endroit des personnes handicapées, il revient au bercail afin de mieux s'investir pour elles. De 2005 à 2006, il initia avec l'aide de Fernand Ballestraz des cours d'alphabétisation qui lui ont permis d'ouvir une école spécifique pour les personnes à mobilité réduite au secteur 1 de Ziniaré. Du 11 mai 2000 au 11 mai 2007, pendant 7 ans, Gabriel COMPAORE a porté des cheveux dreads locks (rastaman). Les intimes et mordus du mouvement rastafari se souviennent toujours de cette jolie coiffure malgré qu'il ne l'arbore plus. En hiver 2007, il part pendant 43 jours en visite d'amitié et de travail dans la confédération Helvétique (Suisse). Le 11 janvier 2008, Gabriel s'exprime à Corin (Valais) après un film réalisé par Fernand Ballestraz. Ce film met en relief les activités du centre PAAS NEERE et le milieu dans lequel il est construit. Il a été visionné par 150 bénévoles et donateurs. C'était à l'occasion de la soirée d'au revoir de son amie Esther qui vient au Burkina Faso comme première bénévole résidente. Esther Boschung a été coordonnatrice de l'association Transport (TH) Handicap, animée d'une volonté humanitaire, elle quitte son univers natal pour partir loin, sur la terre rouge, soutenir la cause de la personne handicapée. Actuellement Gabriel et Esther forment ensemble un tandem solide, voué à pousser l'association PAAS NEERE vers ses objectifs cruciaux en faveur des personnes les plus démunies (handicapés, enfants et personnes... en situation difficile) Gabriel sachant que l'école est un point d'appui pour mieux sauter entant que personne handicapée, a repris les cours en terminale pour l'obtention d'un baccalauréat toujours utile pour le futur. "Les connaissances sont sans cesse importantes pour les hommes et plus particulièrement pour une personne à mobilité réduite comme moi. Elles me permettront de mieux m'affirmer et créér une situation de possibilités dans la société..."
précédent
suivant
L' UNiON fait la FORCE !
Les petits ruisseaux font les grandes rivières * Les petits ruisseaux font les grandes rivières
- ASSOCIATION PAAS NEERE
- QUI SOMMES NOUS
- HISTORIQUE
- GABY BIO
- ESTHER BIO
- VILLE DE ZINIARE
- BENEVOLES
- ECOLE PAAS NEERE
- NIVEAU I
- NIVEAU II
- NIVEAU III
- ACTIVITES
- BATIK
- PROJETS
- NEWSLETTER D'ESTHER
- COMMENT NOUS AIDER
- CONTACT
- LIVRE D'OR
Banner COM